Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux règles de vie

   La première, c’est qu’il faut vivre pour autre chose que pour soi. L’homme qui médite sur lui-même trouvera toujours mille raisons d’être malheureux. Jamais il n’a fait tout ce qu’il aurait voulu et dû faire ; jamais il n’a obtenu tout ce que, pense t-il, il méritait d’obtenir ; rarement il a été aimé comme il aurait rêvé de l’être. S’il remâche son passé, il éprouvera des regrets ou des remords, ce qui est vain. Nos fautes sont vouées à l’oubli et c’est ce qu’elles  méritent. Au lieu de raturer un passé que rien ne peut abolir, essayer de construire un présent dont vous serez ensuite fier. Le désaccord avec soi est la pire des maux. Tout être qui vit pour les autres, pour son pays, pour une femme, pour une œuvre, pour les affamés, pour les persécutés, oublie merveilleusement ses angoisses et ses médiocres soucis. Le véritable monde extérieur est le véritable monde intérieur.

   La seconde règle, c’est qu’il faut agir. Au lieu de nous lamenter sur l’absurdité du monde, essayons de transformer le petit canon où nous fûmes jetés. Nous ne pouvons changer tout l’univers, mais qui souhaite changer tout l’univers ? Nos objectifs sont plus proches et plus simples : faire notre métier, le bien choisir, le bien connaître, y devenir maître. Chacun a son rayon d’action : j’écris des livres, le menuisier assemble les planches de ma bibliothèque, l’gent dirige la circulation, l’ingénieur construit,

Le maire administre la commune. Tous, s’ils sont surchargés de travaux qu’ils savent  bien faire, sont heureux au moment où ils agissent. Cela est si vrai que, dans leur temps de loisir, ils s’imposent des actions, en apparence inutiles, qui sont les jeux et les sports. Ce joueur de rugby qu’un adversaire plaque dans la boue est heureux.

                                                                              André Maurois, Conseils à un jeune homme

 

Tag(s) : #Banque de textes

Partager cet article

Repost 0