Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ivan-Tourgueniev.jpg

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev est un écrivain et dramaturge russe. Son nom était autrefois orthographié Tourguénieff ou Tourguéneff. Il naît à Orel (à 350 km au sud de Moscou) en 1818, de Serge Tourguéneff et Varvara Petrovna, ainsi qu'il apparaît par son acte de décès. Il est issu d’une noblesse de vieille souche.

La nature joue d’ailleurs un grand rôle dans ses romans. Il est confié à des précepteurs russes et étrangers et reçoit une excellente éducation. Il apprend le français, l’allemand, l’anglais, le grec et le latin. Avec un serf, il commence à écrire ses premiers poèmes. Très tôt, il se rend compte de l’injustice des hommes des classes supérieures envers les serfs, injustice contre laquelle il se révoltera et se battra toute sa vie.

En 1837, après la mort d'Alexandre Pouchkine, il édite la correspondance de ce dernier et traduit plusieurs de ses poèmes avecMérimée. L’année suivante, son fameux poème Le soir est publié dans une revue progressiste. Il part alors pour Berlin afin d'y poursuivre ses études et de voyager en Europe. Il revient en 1841 passer l’été chez sa mère. Il a une liaison avec une lingère, de laquelle naîtra sa fille Pélagie. Il devient fonctionnaire en 1843 et rencontre le critique Vissarion Belinski. Tourgueniev, admiratif, lui dédiera Pères et Fils.

En 1844, Tourgueniev s’intéresse au théâtre italien auquel il s'abonne à Saint-Pétersbourg. Il y rencontre Pauline Viardot avec laquelle il entretiendra une liaison jusqu’à sa mort. Cette période marque aussi le début de ses idées progressistes et le début de la censure de ses œuvres, notamment de ses pièces de théâtre, qui ne seront souvent jouées en Russie qu'après 1861.

De 1847 à 1850, Tourgueniev vit en France et publie beaucoup, dont le recueil Mémoires d’un chasseur et la pièce Un mois à la campagne. En 1850, il vit dans un château près de Paris, chez Gounot, le traducteur de Faust. Il fréquente George Sand. La même année, Nicolas Ier exige le retour des Russes expatriés. Tourgueniev quitte la France et se voit retenu en Russie pendant la guerre de Crimée. Il récupère sa fille et l’envoie chez Pauline Viardot, en France. Celle-ci l’élève comme sa propre enfant.

En 1857, il est de retour à Paris où il rencontre Prosper Mérimée, écrit les préfaces de Pères et Fils et de Fumée et traduit plusieurs récits. Il fait la connaissance d'Alexandre Dumas et part pour Londres. Il lance le Fonds littéraire à la fin des années 1850. En 1860, il écrit Premier amour. Tourgueniev partage ses terres avec ses paysans et devient membre de l’académie des sciences. Le9 février 1861, le servage est aboli. Tourgueniev publie Pères et Fils, ce qui peut symboliser le passage de l’ancienne à la nouvelle Russie. Il retrouve Flaubert avec lequel il entame une forte amitié à vie. Il traduit en russe La Légende de saint Julien d’Hospitalier et collectera de l’argent pour faire ériger un monument à la mémoire de l'auteur.

Il rencontre Flaubert pour la première fois, le 28 février 1863, d'après le journal des Goncourt, et lui écrit dès le lendemain pour lui annoncer l'envoi de ses livres. Une amitié commence, dont la première trace apparaît dans la correspondance de Flaubert à la date du 2 avril 1863, après lecture desdits romans. Elle ne cessera qu'à la mort de Flaubert, le 8 mai 1880.

Dans les années 1870, il vit à Paris chez les Viardot. Il rencontre Zola (dont il publie les romans en Russie), Alphonse Daudet qu'il aide pour ses publications, Edmond de Goncourt seul (son frère Jules étant mort en cette année 1870), Jules Verne qu'il conseille pour l'élaboration de son roman Michel Strogoff3 (publié par leur éditeur commun Pierre-Jules Hetzel). À la fin des années 1870, il se fait construire une datcha à Bougival sur le même terrain que la propriété des Viardot, dans les environs de Paris4. Il obtient en 1879 le titre de doctor à Oxford et l'on commence à jouer ses pièces en Europe. Il tombe gravement malade au début des années 1880, est opéré à Paris et retourne à Bougival en convalescence. Là, il dicte à Pauline Un incendie en mer et prophétise les événements de Russie.

Il meurt le 3 septembre 1883 en son domicile au n°16, rue de Mesmes à Bougival, et sera inhumé le 9 octobre 1883 à Saint-Pétersbourg, au cimetière Volkovo aux pieds de Belinski, selon son vœu.

Parmi ses œuvres on note :

Nouvelles

*1844André Kolossov

*1846Les Trois Portraits

*1847Un bretteur

*1847Le Juif

*1847Petouchkov

*1847Mémoires d'un chasseur. Édition définitive, et augmentée, en 1874.

*Le Putois et Kalinytch (1847)

*Iermolaï et la Meunière (1847)

*Le Régisseur (1847)

*Mon voisin Radilov (1847)

*L'Odnodvorets Ovsianikov (1847)

*Lgov (1847)

*Le Bureau (1847)

*Pierre Pétrovitch Karataïev (1847)

*1860Premier Amour. En partie autobiographique.

*1864: Apparitions. Premier récit fantastique

*1865: Assez !

*1866Le chien.

*1868L'Infortunée

Romans

*Roudine (1856)

*Nid de gentilhomme (1859)

*À la veille (1860)

*Pères et Fils (1862). Le chef-d'œuvre romanesque de l'auteur.

*Fumée (1867)

*Eaux printanières (1871)

*Terres vierges (1877)

Théâtre

*L'Imprudence (1843)

*Sans argent (1846)

*Le fil rompt où il est mince (1848)

*Le Pain d'autrui (1848)

*Le Célibataire (1849)

*Un mois à la campagne, la pièce la plus célèbre de l'auteur, écrite en 1850, mais qui n'a été créée qu'en 1879.

*La Provinciale

*Le Déjeuner chez le maréchal

*Conversation sur la grand-route

*Un soir à Sorrente

                                          Source Wikipédia

 

 

Tag(s) : #Biographie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :