Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Princesse de Clèves 2

    

   Peu de jours avant celui que l’on avait choisi pour la cérémonie du mariage, la reine dauphine donnait à souper au roi son beau père et à la duchesse de Valentinois. Mme de Clèves qui était occupée à s’habiller, alla au Louvre plus tard que de coutume. En y allant, elle trouva un gentilhomme qui la venait quérir de la part de Mme la Dauphine. Comme elle entrait dans la chambre, cette princesse lui cria, de dessus son lit où elle était, qu’elle l’attendait avec une grande impatience. […]

 

   « Vous savez, lui dit cette reine, l’envie que nous avons de deviner ce qui causait le changement qui parait au duc de Nemours : je crois le savoir, et c’est une chose qui surprendra. Il est éperdument amoureux et fort aimé d’une des plus belles personnes de la cours. »

   Ces paroles, que Mme de Clèves ne pouvait s’attribuer puis qu’elle ne croyait pas que personne sût qu’elle aimait ce prince, lui causerait une douleur qu’il est aisé de s’imaginer.

   «  Je ne vois rien en cela, répondit-elle, qui doive surprendre d’un homme de l’âge de M. de Nemours et fait comme il est.

Ce n’est pas aussi, reprit Mme la Dauphine, ce qui vous doit étonner ; mais c’est de savoir que cette femme qui aime M. de Nemours ne lui en a jamais donné aucune marque et que la peur qu’elle a eue de n’être pas maitresse de sa passion a fait qu’elle l’a avoué à son mari, afin qu’il l’ôtât de la cour. Et c’est M. de Nemours lui-même qui a conté ce que je vous dis. »

   Si Mme de Clèves avait eu d’abord de la douleur par la pensée qu’elle n’avait aucune part à cette aventure, les dernières paroles de Mme la Dauphine lui donnèrent du désespoir par la certitude de n’y en avoir que trop. Elle ne put répondre et demeura la tête penchée sur le lit pendant que la reine continuait, si occupée de ce qu’elle disait qu’elle ne prenait pas garde à cet embarras. Lorsque Mme de Clèves fut un peu remise :

   « Cette histoire ne me parait guère vraisemblable, Madame, répondit-elle, et je voudrais bien savoir qui vous l’a contée.

   - C’est Mme de Martigues ? répliqua Mme la Dauphine, qui l’a apprise du vidame de Chartres. Vous savez qu’il en est amoureux ; il  la lui a confiée comme un secret et il la sait du duc de Nemours lui-même. Il est vrai que le duc de Nemours ne lui a pas dit le nom de la dame et ne lui a pas même avoué que ce fût lui qui en fût aimé ; mais le vidame de Chartres n’en doute point.

                                                 Madame de La Fayette

Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0